Qui a inventé le ski ?

Certains disent les Autrichiens. La plupart disent les Norvégiens. Mais vous auriez tort sur les deux points. Non, le ski est bien plus ancien que vous ne l’imaginez probablement et remonte à plus loin que la roue, à l’Asie centrale, à quelque 22 000 ans ou plus. Oui, c’est vrai. J’ai aussi été surpris.

Dans son livre, Deux planches et une passion : Une dramatique histoire du ski, Roland Huntford tente de démêler la riche mosaïque qui constitue l’histoire de ce que nous appelons aujourd’hui le ski.  Les dessins des grottes d’Asie centrale suggèrent que l’homme utilisait des skis dès le paléolithique, c’est-à-dire pendant la dernière période glaciaire.

 Toutes les preuves que nous avons du ski à cette époque sont sous la forme d’œuvres d’art laissées par nos anciens ancêtres.  Les plus anciens objets physiques que nous possédons remontent à l’ère relativement plus récente du Mésolithique.

A diagram illustrating the changes in skis over the past 10000 years

Dans les années 1960, l’archéologue Grigoriy Burov a découvert dans le nord de la Russie des objets ressemblant à des skis datant d’environ 6000 ans avant notre ère. L’hypothèse est que les habitants ont utilisé de longs morceaux de bois aplatis, maintenant pétrifiés, pour traverser des marais marécageux qui avaient gelé, des toundras enneigées et d’autres terrains spongieux où ils risquaient de s’enfoncer et de mourir de froid. 

Mais, là encore, le ski n’a pas été développé comme un sport de descente. Le ski alpin est arrivé beaucoup plus tard. Le ski de fond en tant que nécessité – pour chasser et voyager – était l’objectif initial. Ainsi, si les homosapiens russes en peau d’ours qui traversent la Sibérie peuvent sembler bien loin des championnats du monde de ski alpin, ils sont plus proches de ce qu’était le « ski » à l’origine que de ce que font la plupart des gens de nos jours.

On a trouvé des skis dans tout l’Ancien Monde, de l’Europe à l’Asie (les raquettes étaient de rigueur dans le Nouveau Monde, peut-être en raison des différences de densité de la neige). Il semble que tout le monde ait eu la même idée à un moment ou à un autre, en répartissant son poids sur la neige molle pour mieux la traverser, rendant ainsi possible la chasse et la migration alors que les conditions l’auraient autrement empêché.

Painting of Birkebeiner skiers carrying Prince Haakon of Norway to safety
Cette représentation de skieurs du Birkebeiner transportant le Prince Haakon en sécurité pendant l’hiver 1206 est devenue une icône nationale norvégienne. Le prince est devenu le roi Haakon IV, dont le règne a marqué la fin de la période connue sous le nom de guerre civile en Norvège.

L’invention du « ski moderne », ou ski de loisir, pourrait-on dire, est bien plus récente, cependant. Les Norvégiens ont des documents et des livres qui remontent aux années 1760 environ, lorsque leur armée a été testée dans l’utilisation du ski, en descendant les pentes, en naviguant dans les forêts et en traversant les champs de neige, tout en tirant au fusil. Les courses qu’ils organisaient étaient les précurseurs de ce que nous connaissons sous le nom de Biathalon, qui garde encore bien vivant l’esprit de ces épreuves.

Ce n’est que dans les années 1800 que le Télémark a été inventé dans la région norvégienne qui porte son nom. C’était le premier ski cambré, qui permettait une construction beaucoup plus fine. Jusqu’alors, les skis étaient très encombrants et très rigides afin de ne pas s’incliner sous le poids de la personne du dessus. Lorsque le Telemark a été inventé, la courbure du bois a permis de contrer le problème de la courbure, de sorte que l’élasticité du bois a contribué à le maintenir à niveau et à empêcher l’enfoncement, ainsi qu’à repousser les pieds du skieur vers le haut, ce qui a aidé à résoudre le problème de la fatigue. 

En 1870, le ski de télémark avait fait des progrès fulgurants. La forme de ski que nous connaissons aujourd’hui comme la norme prenait forme grâce à un côté affuté pour aider à l’agilité et aux virages. Le côté du ski permettait aux utilisateurs de former un cercle lorsque le ski fléchissait et s’accrochait à la neige, plutôt que de simplement glisser sur le côté. Grâce à ces développements et aux nouvelles techniques, la face du ski a été modifiée à jamais. Le carving a remplacé le dérapage, et les skieurs ont trouvé une nouvelle joie à pouvoir choisir une ligne avec précision, ce qui a ouvert de nouvelles possibilités sur des terrains encore inexplorés.

A collection of historical, old wooden skis leaning against a white wall

C’est à peu près à cette époque que les premières stations autrichiennes ont commencé à commander des skis, certaines des stations les plus historiques comme Hochgurgl ayant rapidement constaté que leurs Alpes de randonnée et de traîneau avaient plus de neige qu’il n’en fallait pour amener ce passe-temps scandinave sur le continent européen.

Avec les histoires de militaires descendant des collines, les skis de télémark ont été expédiés en masse, et le sport a rapidement commencé à prendre forme. Il ne fallut pas longtemps pour que des remontées mécaniques soient construites et que des courses soient organisées. La tradition du ski nordique – c’est-à-dire le ski de fond pour vous ou moi – a rapidement été dépassée par le ski alpin. Fatiguant et quelque peu ennuyeux pour la majorité des gens, l’idée de glisser sur les pentes semblait beaucoup plus attrayante et amusante. Ainsi, le ski nordique n’a jamais suscité autant d’intérêt que le ski alpin, et les stations ne pouvaient que se conformer à ce que les gens voulaient.

En 1882, l’Europe produisait ses propres skis de haute qualité à partir de cendres, tandis que les pionniers norvégiens se tournaient vers le caryer, à la recherche d’une construction toujours plus fine et plus solide. Les progrès des machines-outils ont facilité le façonnage de ce bois dur, et le développement a progressé. Onze ans plus tard, en 1893, les premiers skis laminés sont fabriqués en Norvège, tandis qu’à la même époque, la première « usine de skis » est ouverte en Suisse.

En 1905, même les Français se sont engagés dans l’action, et les archives montrent qu’une unité d’infanterie française a passé une commande pour un envoi de Telemarks.  Les Français aimaient tellement le ski que le ski nordique a été une épreuve des tout premiers Jeux olympiques d’hiver organisés à Chamonix.

The cover of 'Le Petit Journal Illustree' features a drawing of a ski jumper at the 1924 olympics in Chamonix

En 1926, l’alpiniste autrichien Rudolph Lettner a ajouté des carres en acier, améliorant encore l’adhérence sur les surfaces dures, qui jusqu’alors s’étaient révélées dangereuses et incontrôlables. Avec ces progrès réalisés dans la construction du ski, il était inévitable que quelqu’un pousse les choses aussi loin qu’il le pouvait. Deux ans plus tard, en 1928, le coureur de ski suisse Guido Reuge a inventé la fixation Kandahar pour suivre les vitesses croissantes et les contraintes imposées au skieur.

Au même moment, quelques vallées plus loin, Hannes Schneider et Toni Seelos ont mis au point le virage en stem et le virage parallèle – des techniques encore utilisées et enseignées aujourd’hui. Pour partager leurs nouvelles connaissances, ils ont fondé la toute première académie de ski à St Anton, qui reste encore aujourd’hui un haut lieu du ski. 

Les choses n’ont fait que progresser plus rapidement à partir de là, avec l’expérimentation de skis en aluminium, en plastique et en stratifié, propulsant le sport vers des sommets encore plus élevés. Un jeu de mots bien intentionné.

À cette époque, bien sûr, tout le monde skiait – de l’Europe aux Amériques, et même au Japon ! En 1936, le ski alpin, ou ski de descente, a été inclus pour la première fois dans les Jeux olympiques d’hiver, et peu après, le ski s’est imposé comme l’un des passe-temps favoris du monde.

En 2018, on a calculé que l’Allemagne avait le plus grand nombre de skieurs par rapport à sa population, avec un chiffre stupéfiant de 14 607 000 personnes qui le pratiquaient ! Cela représente 36% de sa population. Et elle était suivie de près par la France avec 8,5 millions, le Royaume-Uni avec 6,3 millions. Plus d’un tiers des habitants de la Suisse et de l’Autriche font également du ski, tout comme un quart des Norvégiens et des Finlandais. Bien sûr, ils ont tous besoin d’un endroit où aller pour le faire. C’est heureux qu’il y ait plus de 3 600 stations de ski en Europe seulement, desservies par près de 16 000 remontées mécaniques.

Je ne sais pas vraiment à quoi ressemblera l’avenir de ce sport, mais même si cela signifie prendre un train électrique pour l’Arctique ou un planeur pour l’Himalaya, les gens ne vont probablement pas s’arrêter de sitôt. 

CopenHill, a stylish waste incinerator with a ski run on the sloped roof sits in front of a lake
CopenHill, une piste de ski de 1500 pieds, se trouve sur le toit de l’Amager Bakke, une centrale de valorisation énergétique des déchets à Copenhague.